92 ans et bien branchée

MON ORDINATEUR

Nous sommes en l'an 2000, je vis en résidence depuis deux ans
J'ai une bonne santé, une automobile, du temps libre quotidiennement.
Je peins, je lis, j'écris, je visite mes amis, mes enfants fréquemment.
Ils me proposent un ordinateur Windows 98, Word 2000, modèle récent.
J'accepte, ce sera pour moi un nouveau défi à quatre-vingt quatre ans.
Mon fils Richard l'installe, le programme, je prends des notes, c'est très intéressant.
Mon e-mail : rolande@destination.ca. J'ai Internet, un an d'abonnement
Je communique avec la parenté, mes enfants et mes petits enfants, très souvent.

Je suis une femme de bonne volonté, mais j'ai besoin que l'on vienne m'aider
De modèle Windows 98, il passe à Windows 2000 après une année
Et l'an passé à Windows XP Professionnel, puis à MSN. Je suis bien branchée.
Avec mes enfants, la parenté, à tous les jours je vais sur le courriel
Mais voila que la souris commence à me jouer des tours, elle s'absente.
Je recommence, elle s'absente à nouveau, sur Internet, sur le courriel. etc.
Je change la souris, rien à faire, elle se gèle. Serait-elle peureuse ?
Je vais consulter, ce n'est pas la souris. C'est sûrement une pièce défectueuse,

Au début de février 2004, mon fils Guy de Chicoutimi vient me chercher
Mon ordinateur avec sa souris me suit, on me dit que Marie va me le réparer
C'est la carte du son qui est brisée, elle est remplacée et la souris apprivoisée.
Marie a bien travaillée. Je le rapporte à bord de l'autobus, très bien empaqueté
Chez-moi, c'est le chauffeur de taxi qui l'a monté. Mais seule je dois l'installer
À genoux sur un coussin, j'examine le tout minutieusement, bien déterminée.
Les entrées, la couleur des fils au bon endroit sont connectés.
Lorsque je mets le contact. Ô SURPRISE ! Mon ORDI. s'est allumé.

Avec mes quatre-vingts quelques années, mon ORDI. C'est une passion.
Tout, comme le téléphone et la télévision, un moyen de communication.
Il occupe une place importante dans ma vie de tous les jours.
Je l'ouvre le matin pour lire les journaux et visiter le courrier du jour.
Il me parle, lorsque je fais des recherches, il m'indique la liaison.
Avant de me coucher, je vais jouer aux cartes, soit le solitaire ou la patience.
Lorsque la fatigue commence à se manifester, il me dit : Mme Dumas.
Vous pouvez maintenant fermer la session.

Rolande Gagnon-Dumas