Te rappelles-tu quand t'étais «Game» ??

C'était avant l'Internet, avant les PC, le Mac, avant le Super Nintendo. Avant le techno et les sorties dans les bars.!

Je parle des bouquets de pissenlits, du «bonhomme sept-heures» et tout ce qu'on pouvait croire à son sujet si nous étions pas couché à 7h00!

Je parle du magasin du coin, dans le temps où un jujube coûtait 1¢ et qu'on réussissait toujours à en mettre plus. Du ballon-chasseur dans la cour d'école, des cerceaux, des lèvres de cire rouges, d'un million de piqûres de maringouins après une soirée passée à courir dans les champs... Des mitaines mouillées, des combats d'oreillers, de superman le roi des bananes, des pupitres que nous devions laver à la fin de l'année, de la voix de ta mère lorsque ton oreille était contre sa poitrine et des effluves de parfums à travers les manteaux des «Ma tante» en visite!

Je parle de quand «prendre de la drogue» voulait dire croquer une aspirine rose, de quand nous faisions semblant de fumer avec nos cigarettes «Popeye». De quand le coin de la rue semblait loin et le centre de la ville semblait le bout du monde ! De quand un 25¢ était un allocation raisonnable et un 1$... un M-I-R-A-C-L-E

Je parle de quand les filles n'embrasseraient pas «avant la fin du secondaire», de quand n'importe qu'elle scène d'amour c'était «arkkk!», De quand on attendait que les parents soient couchés pour écouter Bleu-Nuit en cachette ha ha ! De quand un parent pouvait discipliner m'importe quel enfant ou de lui demander de porter les sacs d'épicerie qui pour nous était un amusement à défaire!

Je parle de quand on se baignait assez longtemps pour avoir les doigts plissés et les lèvres totalement bleues, de quand les décisions étaient prises en faisant «La p'tite vache a mal aux pattes... tirons la par la queue...». De quand la pire chose que l'on pouvait attraper du sexe opposé était la picote, de quand se faire pogner avec une arme voulait dire... se faire pogner avec un tire-pois.

Je parle du temps où on regardait les dessins animés à partir de 6h00 le samedi matin, d'écouter 15 fois la même émission de Passe-Partout qui passe en reprise, de jouer à la cachette au crépuscule les soirs d'été. D'acheter des bonbons avec des bouteilles vides, de veiller sur le balcon en pyjama après avoir pris notre bain, de courir à travers l'arrosoir même si l'eau était glacée, de construire des forts dans des bancs de neige, de marcher jusqu'à l'école quelque soit la température, de sauter sur le lit et de tourner sur soi-même jusqu'à devenir étourdi. De manger de la poudre de «Kool-Aid» dans des pailles en papier et d'avoir la langue verte.

C'était quand la pire humiliation était d'être pris(e) le dernier dans une équipe à l'école, quand les balounes d'eau signifiaient «armes ultimes», quand les cartes de joueurs de hockey étaintt un outil d'échange redoutable, quand les catalogues Sears faisaient offices de magasins, quand les éraflures étaient guéries par un«bec et bobo» .

Si tu peux te rappeler de tout ça, c'est que tu es probablement d'accord pour dire qu'on a eu du beau temps quand on était enfant!

Passe cela à tout ceux qui ont besoin de s'échapper un peu de leur vie «d'adulte».

T'ES PAS GAME, T'ES PAS GAME , T'ES PAS GAME, T'ES PAS GAME, T'ES PAS GAME !!!!

Note: Je ne connais pas l'auteur mais sur réception de preuve de droits d'auteur sur ledit texte, je m'empresserais de m'y conformer.

www.alainmailhot.com